Ce projet évoluera au fil des années. Ainsi, les événements auxquels nous participons de même que les porteurs et porteuses que nous intégrons au répertoire, sont mis à jour en continu. Revenez nous visiter !

Deuxième arrêt de la tournée Métiers & Traditions sur la route | 21 août 2022

La fête de la rentrée de Longueuil

par Éric Dussault

Vers 8h30, le camion de Métiers & Traditions sur la route 2022 est placé perpendiculairement au chemin piétonnier (tout près du boulevard Davis, à l’entrée du Parc de la Cité) afin de faire face aux personnes qui marchent dans cette direction. Impossible pour eux de ne pas la remarquer. Puis Éric et Pier-Luc procèdent à la même installation que celle du 6 août précédent (voir le texte décrivant notre passage à l’Expo-agricole de Saint-Hyacinthe).

Première partie de la journée : de 10h à 13h00.

Tout le monde tombe immédiatement sous le charme de l’installation de Fabiola Castillo (née au Mexique, mais Québécoise depuis 20 ans). Sa « forêt de lutins » tricotée avec de la laine non-toxique plaît autant aux petits qu’aux grands. C’est une véritable orgie de couleurs vives qui s’offre aux yeux des passants!

Derrière Fabiola, on retrouve la flécheuse Hélène Blouin qui, avec ses ceintures fléchées (plus d’une douzaine!), ravive des souvenirs aux personnes d’un certain âge qui s’arrêtent pour lui raconter leurs histoires de familles, et de ceintures fléchées!

Non loin d’elles, sous l’auvent de la camionnette de Métiers & Traditions sur la route, on entend des sons inhabituels… Ce sont ceux émis par le télégraphiste Pierre Goyette qui transmet avec passion, aux personnes qui discutent avec lui, ses connaissances acquises dans l’Armée canadienne. Souvent, la transmission d’un premier message commence par un nom et un prénom, ce qui plaît à toutes les personnes qui se prêtent au jeu.

Deuxième partie de la journée : de 13h00 à 16h00.

Éric (le chargé de projet de la tournée) demande gentiment aux artisanes et au télégraphiste de ranger leurs affaires afin que Monique Jutras, Mohamed Masmoudi et Gisèle Ndong Biyogo puissent prendre leurs places. Le oud (instrument à cordes d’origine arabe) de Mohamed se fait entendre et rapidement la mélancolie s’empare des personnes présentes. Le musicien leur explique l’origine de cette mélancolie, mais surtout celle de son instrument. Si les familles originaires du Maghreb et des Pays arabes semblent tout spécialement touchées par cette musique, dans les faits celle-ci est véritablement universelle, car le sentiment qu’elle fait naître l’est tout autant.

D’un folklore, celui du oud et des Pays arabes; on passe à celui du Québec. Monique Jutras a conçu sa prestation de manière à mélanger la transmission d’informations et la démonstration de ses multiples talents : turluter, jouer des cuillères et de la guitare et… faire danser sa panoplie de bonhommes gigueurs! Il fallait voit la tête des enfants devant ces pantins en bois qui dansent, sautent et tournent sur eux-mêmes dans les airs, au point que certains enfants semblaient oublier que c’était Monique qui les manipulaient…

Maîtriser la prise de la parole est un art en Afrique. Gisèle Ndong Biyogo (qui vit à Longueuil depuis longtemps) n’a pas fait pas honte à son continent d’origine. La conteuse a démontré au public l’ampleur de son savoir-faire dans ce domaine en partageant quelques contes avec lui. Sa façon de raconter a le don de happer les passants qui n’ont d’autres choix que de s’arrêter pour l’écouter. C’est une sacrée charmeuse…

Cette journée s’est déroulée fort différemment de ce qui était prévu par les météorologistes. La pluie annoncée est tombée seulement au moment du démontage (après 16h00), mais de façon très abondante. La pluie n’est toutefois pas parvenue à gâcher le plaisir d’Éric et de Pier-Luc, qui ont néanmoins été pris par surprise par l’ampleur du déluge.